0

Après plus d’un an d’attente, et quelques mois après la diffusion à domicile, la deuxième saison de Beastars est enfin disponible sur Netflix . Nous parlons de la poursuite de l’adaptation animée du manga shonen homonyme, apprécié et primé de Paru Itagaki , publié dans notre pays par Panini Comics. Une série qui, malgré les similitudes évidentes avec le chef-d’œuvre de Disney Zootropolis , a su se démarquer grâce aux excellents personnages et à sa profondeur considérable (lire notre critique de Beastars ), à tel point qu’elle mérite une place parmi les dix meilleurs anime de 2020 .

La deuxième saison, de durée identique à la première (12 épisodes) et diffusée sur la plateforme de streaming à partir du 15 juillet 2021 , a donc la lourde tâche de continuer dans l’excellent sillage de sa devancière. En attendant de savoir si le studio Orange a de nouveau touché au but, voici nos impressions après avoir visionné les deux premiers épisodes. Avant de continuer, nous vous prévenons que dans cet article il y aura des spoilers sur les événements racontés jusqu’à présent .

Où étions nous

La nouvelle itération animée des aventures de Legoshi et de ses compagnons reprend exactement là où la précédente s’était arrêtée , à la fin du premier arc narratif spectaculaire. Après avoir sauvé la petite et sans défense Haru des griffes des Shishigumi, le clan mafieux des lions, et passé une nuit avec elle, Legoshi reprend sa vie quotidienne normale dans le prestigieux Institut Cherryton.

Malheureusement, les choses ne sont pas revenues comme avant. Il manque en fait Louis , la star bien-aimée du cerf élaphe du club de théâtre et probable futur Beastar, dont le sort est inconnu après s’être précipité au secours de Legoshi lui-même et avoir tué le chef du Shishigumi .

Dans ce contexte renouvelé, perpétuellement dominé par les tensions entre herbivores et carnivores, aucun progrès n’a encore été fait dans la recherche du tueur du pauvre Alpaga Tem , l’événement tragique avec lequel s’ouvre la première saison. Bientôt, cependant, de nouveaux indices à ce sujet apparaîtront et Legoshi devra à nouveau compter sur sa force et sa bonne volonté pour faire la lumière sur la mort de son ami.

Le premier épisode de la deuxième saison fonctionne comme une sorte de récapitulation des événements racontés jusque-là. On retrouve le protagoniste, un grand loup gris à l’apparence apparemment menaçante mais en réalité avec un cœur gentil et aussi un peu terne– comme en témoigne son interaction avec Juno après l’avoir indirectement rejetée au Festival des météorites – et d’autres visages bien connus tels que le lapin Haru, les membres du club de théâtre et les colocataires de Legoshi.

C’est dans le deuxième épisode que commence à émerger quel sera le thème central (ou l’un des thèmes centraux) de cette nouvelle phase, ou la recherche du tueur de Tem, un mystère toujours non résolu à la fin de la première saison. Événement mis en branle principalement grâce à l’introduction d’un nouveau personnage clé.

Tout cela pendant que le conseil des animaux fait pression sur le principal Gon pour élire un nouveau Beastar parmi les étudiants du Cherryton Institute, mais surtout pendant qu’à la fin de l’épisode, le sort de Louis nous est enfin révélé . Un repli que les téléspectateurs inconscients du manga trouveront troublants et inattendus, et qui met encore plus de curiosité sur la suite de la série.

Un nouveau statu quo

Il est difficile de déséquilibrer après seulement deux épisodes, cependant le début de la deuxième saison de Beastars reste sur les mêmes excellents niveaux que le premier et témoigne de la grande attention du staff du studio Orange dans l’adaptation d’un film puissant et multiforme, mais sans aucun doute du manga brut quant au style de dessin.

L’utilisation de graphismes en trois dimensions , malgré le scepticisme inévitable et un rendu pas si parfait dans certaines situations sporadiques, s’avère également être l’un des atouts de la production dans ce tour. Orange est l’ un des entreprises les plus qualifiés dans le domaine de CGI appliquée à l’ anime , et la deuxième saison de Beastars réaffirme ce fait grâce aux modèles polygonaux des personnages, détaillée et fidèle à la conception de caractère original, la palette de couleurs et l’ excellente des animations assistées par une mise en scène judicieuse , même dans les séquences les plus animées.

Cependant, la qualité du scénario n’est pas en reste, ce qui s’avère fidèle aux événements de l’imprimé., transposant tous les mérites incontestables comme cela s’est produit pour la première saison. Le microcosme du Cherryton Institute, fréquenté à la fois par des étudiants herbivores et carnivores, est désormais devenu le miroir de toute la société.

Il sera donc intéressant de voir si ce nouveau bloc d’épisodes reprendra et approfondira les facettes remarquables du monde créé par Paru Itagaki . Tout cela, espérons-le, parallèlement aux histoires d’amour et à la croissance personnelle du protagoniste bien-aimé Legoshi.

La deuxième saison de Beastars est également disponible avec le europe . Doublage qui voit le retour de toutes les voix de la première saison, où se démarquent des noms célèbres du divertissement italien comme Manuel Meli (Legoshi) et Flavio Aquilone (Louis), et qui se confirme donc – net de la vision des épisodes restants – comme l’ un des meilleurs jamais réalisés par Netflix pour un anime japonais.

Quant à l’accompagnement musical , on sent l’absence d’un vrai tube comme Wild Side du groupe ALI (ouverture de la première saison), mais aussi celui qui a pris sa place est pas mal du tout.


Like it? Share with your friends!

0

What's Your Reaction?

hate hate
0
hate
confused confused
0
confused
fail fail
0
fail
fun fun
0
fun
geeky geeky
0
geeky
love love
0
love
lol lol
0
lol
omg omg
0
omg
win win
0
win
newsmangas

0 Comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *